Go to main content
 
 

Réfugiés rohingyas : deux mois de crise humanitaire

Bangladesh

Plus de 600 000 Rohingyas sont arrivés au Bangladesh depuis le 25 août, fuyant la Birmanie voisine. Handicap International (HI) a mis en place un ensemble d’actions d’urgence pour aider les réfugiés rohingyas qui ont fui dans le dénuement le plus total. Depuis deux mois, l’association est déjà venue en aide à près de 20 000 personnes parmi les plus vulnérables.

Camion HI équipé pour dispenser des soins en réadaptation et du support psychologique | © R. Dejito/Handicap International

7 équipes mobiles comprenant physiothérapeutes, infirmières, psychologues, travailleurs sociaux, responsables protection et animateurs pour les enfants, sillonnent les camps de réfugiés pour identifier les personnes extrêmement vulnérables (femmes enceintes, enfants, personnes âgées ou à mobilité réduite), les aiguiller vers les services disponibles, et leur apporter une aide immédiate et faire face à leurs besoins de première nécessité, premiers soins, réadaptation ou soutien psychologique. Des activités récréatives sont également proposées aux enfants pour les aider à surmonter le traumatisme lié à une telle expérience.

Un véhicule totalement équipé renforce le travail des équipes mobiles. Il contient du matériel pour les séances de physiothérapie, ainsi que pour prendre les mesures nécessaires à la pose d’appareillages orthopédiques.

Handicap International a également établit 7 points d’accueil qui ont deux fonctions : centres d’informations, ils dispensent des conseils sur l’hygiène, sur la prévention du choléra et autres campagnes de santé publique, aide au regroupement des familles séparées… Ils fournissent également des soins en réadaptation en lien avec les équipes mobiles. Ces points d’accueil sont situés au milieu des camps de réfugiés nouvellement constitués. Ces spots accueillent une moyenne de 25 personnes par jour.

© R. Dejito/Handicap International

« Une très grande partie de ces réfugiés sont des femmes et des enfants. Ils survivent dans des conditions effroyables. Ils ont fui leur village en quelques minutes en laissant leurs biens derrière eux. Leur fuite s’est effectuée dans des conditions terrifiantes. Certains sont blessés, la plupart est à bout de force. Arrivés au Bangladesh, ils manquent de tout : nourriture, abri, eau potable, mais aussi des latrines et points d’eau pour entretenir des conditions d’hygiène normales. La réponse humanitaire se met en place mais une crise d’une telle ampleur est véritable défi pour les organisations humanitaires. Les conditions d’accueil dans les camps sont encore précaires alors que nous devons en premier parer à l’urgence vitale : accès à l’eau potable, la nourriture et aux soins... Les maladies liées au manque d’hygiène, à la promiscuité, peuvent tuer, notamment les plus jeunes et les plus vulnérables. Nous sommes face à une population épuisée, dénutrie et en état de choc. Nous devons agir vite si nous voulons éviter une catastrophe. », explique Gilles Nouziès, responsable du Desk Asie.

Handicap International mène actuellement des évaluations pour étudier la mise en place d’une plateforme logistique qui permettrait de faciliter l’acheminement de l’aide humanitaire. Cette plateforme serait à disposition des toutes organisations humanitaires.[1]

Environ 100 employés de Handicap International et 200 volontaires sont actuellement à pied d’œuvre pour venir en aide aux réfugiés rohingyas.

En deux mois d’actions plus de 1 000 séances de réadaptation ont été délivrées, 4 500 personnes ont reçu un soutien psychologique d’urgence, 2,000 enfants et adolescents ont bénéficié d’activités sportives et récréatives,  et plus de 7 000 personnes extrêmement vulnérables ont été identifiées en vue d’une prise en charge adaptée.

 

[1] Dans des crises précédentes, en Haïti (tremblement de terre de 2010), en Sierra Leone (crise du choléra 2012), Handicap International avait installé de telles plateformes facilitant le transport de l’aide et des services humanitaires.

 

Nos actions
pays
par pays

RELATIONS PRESSE

CANADA

Gabriel PERRIAU

ÉTATS-UNIS

Mica BEVINGTON

 

 

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Bangladesh : renforcer le rôle des pères auprès des mamans
©Farid Alam Khan/HI
Urgence

Bangladesh : renforcer le rôle des pères auprès des mamans

Dans les camps de réfugiés rohingyas au Bangladesh, HI a sensibilisé plus de 800 pères à une paternité ‘responsable’.

Samira, un pas à la fois
© Abir Abdullah/HI
Urgence

Samira, un pas à la fois

Dans un coin de leur petit abri, Samira, dix ans, manipule sa trousse à maquillage. Un miroir dirige de minces rayons du soleil sur le visage de la jeune fille, illuminant des pommettes rougies par le mélange de poudres qu’elle a concocté. Samira se prépare pour aller jouer à l’extérieur, dans le camp de réfugiés de Teknaf au Bangladesh, ce qui n’est pas simple après des années de cloisonnement dues à son handicap, une paralysie cérébrale.

Une journée dans le camp d'Ukhiya, où vivent 625 000 réfugiés rohingyas
© Abir Abdullah/HI
Secourir les déplacés/réfugiés

Une journée dans le camp d'Ukhiya, où vivent 625 000 réfugiés rohingyas

Nous arrivons à Cox’s Bazar, un port de pêche du sud-est du Bangladesh, dont la plage de 120 km fait la joie de Bangladais plus aisés. Paradoxalement, cette petite station balnéaire est aussi un point d’ancrage pour les expatriés qui travaillent dans les camps de réfugiés établis juste à côté. Après vingt heures d’avion, dix heures de transit, quatre aéroports et un tour de tum tum (version bangladaise du tuk tuk), je ne suis pas fâché d’être enfin arrivé à l’hôtel pour prendre un peu de repos. Demain, ce sera ma première journée dans un camp de réfugiés. Dans le secteur d’Ukhiya, 625 000 personnes sont entassées en attendant de meilleurs jours.