Goto main content

Rien n’arrête le vaillant Anowar !

Secourir les déplacés/réfugiés
Bangladesh

Anowar, 8 ans, a perdu sa jambe dans un accident de la route dans le camp de réfugiés Rohingyas de Kutupalong où il vit avec sa famille.

Anowar, 8 ans, a perdu sa jambe droite dans un accident de la route

Anowar, 8 ans, a perdu sa jambe droite dans un accident de la route | Nicolas Axelrod - Ruom Collective

À l’âge de cinq ans alors qu’il sortait joyeusement de son école, Anowar a été fauché par un camion qui roulait trop vite. HI lui a immédiatement proposé un accompagnement adapté et lui a permis de retrouver le chemin de l’école.

Depuis le drame, HI met tout en œuvre pour permettre à Anowar de retrouver une vie normale. L’équipe de l’association lui a d’abord fourni un appui psychologique et des soins de réadaptation pour le préparer à recevoir une prothèse et lui a réappris à remarcher. Il a également fallu intervenir auprès de son école qui considérait que l’enfant ne pouvait plus suivre les cours à cause de son handicap.

Le retour sur les bancs de l’école a rendu son sourire à Anowar

Après l'accident, Anowar a été abandonné par son école. Ils disaient que les enfants handicapés devaient aller dans des écoles spéciales. Alors nous avons expliqué, négocié... Anowar a donc été autorisé à retourner dans son ancienne école et à retrouver ses amis ! Cela l'a rendu extrêmement heureux », explique Redowan, le physiothérapeute de l’équipe mobile de HI qui accompagne régulièrement le petit garçon.

Anowar ne saute jamais une séance de rééducation

« Anowar est mon meilleur patient. Il est vaillant. Parfois, je me rends chez lui, mais le plus souvent les séances se passent au centre d’appareillage géré par HI dans le camp », poursuit Redowan. « Nous faisons des exercices d'équilibre, puis je lui apprends à coordonner ses mouvements et à prendre soin de lui pour anticiper les problèmes, repérer les frottements qui pourraient générer des plaies... Sans cela, il lui serait impossible de porter une prothèse. Anowar est motivé pour faire ses exercices à la maison. Il met en pratique tout ce qu'il apprend. Il est ouvert et communicatif et exprime ses préoccupations et ses besoins, ce qui permet de bien travailler ensemble ».

Une partie de football effrénée a eu raison de sa troisième prothèse

Trois ans après son accident, le petit garçon est très fier de pouvoir de se déplacer aisément grâce à sa prothèse. Il a exploré toutes les possibilités que lui donne cette « nouvelle jambe », mais aujourd’hui, rien ne va plus. En effet, Anowar a cassé sa prothèse lors d’une partie de foot. Aujourd’hui, il est impatient de recevoir sa nouvelle prothèse[1]. Ce sera la troisième depuis son accident. Guramia, son grand frère l’accompagne partout puisqu’il ne peut plus marcher. Il nous explique : « Anowar se sent triste et perdu sans sa prothèse. Il a plus de temps pour réfléchir et parfois de mauvais souvenirs de l'accident reviennent le hanter.  Maintenant, je le porte jusqu’à l'école. Je ne veux pas qu'il manque les cours. C'est un des meilleurs élèves ! Mon frère se souvient de tout ce qu'il lit et a une passion pour l'anglais. Il veut connaître le mot anglais pour tout ce qu'il voit. Cela est parfois fatigant »,  conclut-il en riant.

Afin de se préparer à recevoir sa prothèse, Anowar doit travailler avec encore plus d’ardeur

Apprendre à porter une prothèse est un processus long et difficile. Il est crucial que le patient et sa famille comprennent que cela demande beaucoup d'efforts et de nombreuses heures d'exercices, toute la vie durant. Dans ce pays, notre principal défi est d’essayer de garder nos patients avec nous, impliqués. Heureusement, la famille d'Anowar le soutient beaucoup et comprend le concept de réadaptation à long terme », explique le physiothérapeute. « J'aimerais que tous mes patients aient une famille qui les soutienne autant. Cet enfant est un modèle. Lorsque mes autres patients se sentent déprimés, je leur parle de lui. Trois d’entre eux sont aussi des enfants qui ont des prothèses de jambes et Anowar les inspire vraiment ! ».


[1] La prothèse sera fournie par le CICR.

Nos actions
pays
par pays

RELATIONS PRESSE

CANADA

Gabriel PERRIAU

ÉTATS-UNIS

Mica BEVINGTON

 

 

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Enfin de l'espoir : L'histoire de Malyun au Kenya
© Humanity & Inclusion
Inclusion Secourir les déplacés/réfugiés

Enfin de l'espoir : L'histoire de Malyun au Kenya

Malyun, aujourd'hui âgée de 18 ans, a grandi en Somalie. À l'âge de cinq ans, elle jouait avec ses amis dans un champ près de chez elle lorsqu'elle a avalé un fragment de métal inconnu. Elle est immédiatement tombée au sol. Lorsque son père est venu à son secours, il a essayé de lui tenir la main pour la faire tenir debout, mais ses jambes ne tenaient pas. La famille a cherché un traitement médical à Mogadiscio, la capitale de la Somalie, mais tous les traitements ont échoué. Ils ont alors été envoyés au Kenya pour recevoir un traitement spécialisé. C'est à son arrivée à l'hôpital qu'on a diagnostiqué une paralysie des membres inférieurs chez Malyun.

Accéder à l'éducation, contre vents et marées
© Humanity & Inclusion
Inclusion Secourir les déplacés/réfugiés

Accéder à l'éducation, contre vents et marées

Kassim Mohammed, 14 ans, est un réfugié somalien qui vit dans le camp de Dagahaley à Daadab, au Kenya. Sa vie quotidienne n'est pas toujours facile, mais Kassim est également confronté à une situation différente de celle des autres réfugiés de son âge, car il est malvoyant et souffre d'un handicap à une jambe ! Malgré cela, Kassim fait preuve de détermination et va tous les jours à l'école, où il est maintenant en septième année.

Vivant avec une paralysie, Imani ouvre un magasin dans un camp de réfugiés
© Humanity & Inclusion
Inclusion Secourir les déplacés/réfugiés

Vivant avec une paralysie, Imani ouvre un magasin dans un camp de réfugiés

Lulachi Imani, 29 ans, vit avec sa mère et ses cinq frères et sœurs dans le camp de réfugiés de Kakuma, dans le nord du Kenya. Originaire de la République démocratique du Congo, elle a dû fuir le pays en raison de nombreux raids contre sa tribu. Malheureusement, au cours de son voyage, elle a été impliquée dans un accident de la route qui a provoqué une lésion de la moelle épinière, paralysant ses deux jambes.