Accès direct au contenu

Séisme Népal : Nirmala et Khendo inséparables

Inclusion
Népal

Le 25 avril 2015, un violent tremblement de terre secoue le Népal. À des centaines de kilomètres l’une de l’autre, Nirmala et Khendo sont ensevelies sous les décombres. Elles sont emmenées à l’hôpital et sont amputées d’une jambe. Elles s’y rencontrent, suivent de nombreuses séances de réadaptation avec les physiothérapeutes de HI et réapprennent à marcher. Trois ans plus tard, elles sont devenues inséparables, vont à l’école ensemble, et rêvent de danser.

Khendo et Nirmala ont toutes les deux été victimes du séisme d’avril 2015 au Népal.

Khendo et Nirmala ont toutes les deux été victimes du séisme d’avril 2015 au Népal. | © Elise cartuyvels/HI

Le séisme

J’étais avec ma famille chez moi, on a senti la terre trembler. J’ai voulu m’enfuir avec les autres. Un mur est tombé sur moi. Après, je ne sais plus. Je me suis réveillée à l’hôpital à Katmandou, je n’avais plus de jambe. J’ai eu très peur », raconte Nirmala, 10 ans.

Sudan Rimal, physiothérapeute pour HI, explique : « J’ai rencontré Nirmala et Khendo peu de temps après le séisme. J’ai massé leur moignon, je leur ai appris à effectuer les exercices pour remuscler leur jambe. Elles ont reçu une prothèse et ont réappris à marcher. Je les revois souvent. On doit réajuster leur prothèse tous les six mois, elles grandissent vite. On a développé une très belle relation de confiance ».

Trois ans plus tard

Trois ans plus, tard, Nirmala et Khendo sont devenues inséparables. La famille de Nirmala s’est installée à Katmandou, son père travaille dans un atelier de textile. Khendo vit sans ses parents, retournés dans le district de Sindhupalchok. Durant les périodes scolaires, les deux filles restent dans un pensionnat scolaire, elles sont en 4e année : « On dort dans la même chambre, dans le même lit. Dès que Nirmala pleure, je pleure. On fait tout ensemble. Je n’ai plus vu mes parents depuis un an. Ils me manquent énormément. J’aime bien vivre en ville, et acheter des vêtements dans les magasins, mais je rêve de les revoir ».

À l'école

À l’école, Khendo aime les sciences : « On apprend des choses sur le corps humain, sur nos vies. Par exemple, qu’il ne faut pas fumer, ni boire de l’alcool. Plus tard, je serai institutrice, ou infirmière, pour ‘soigner les blessés’. Nirmala complète, les yeux brillants : « Moi, je serai actrice. D’ailleurs, je le suis déjà un peu. J’ai déjà joué dans un film ! Je voudrais devenir célèbre».

Découvrez comment vous pouvez soutenir les actions de HI
à travers l'histoire de Khendo.

 
Nos actions
pays
par pays

RELATIONS PRESSE

CANADA

Gabriel PERRIAU

ÉTATS-UNIS

Mica BEVINGTON

 

 

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

HI aide Ismail, victime d’une mine anti-personnel à se tenir debout
© HI
Inclusion Mines et autres armes Réadaptation

HI aide Ismail, victime d’une mine anti-personnel à se tenir debout

Ismail a perdu ses deux jambes lors de l’explosion d’une mine quand il avait 14 ans. Humanité & Inclusion (HI) lui apprend à marcher avec ses nouvelles prothèses.

Les enfants réfugiés rohingyas handicapés se distinguent grâce au soutien de HI
© Nicolas Axelrod-Ruom /HI
Inclusion Secourir les déplacés/réfugiés

Les enfants réfugiés rohingyas handicapés se distinguent grâce au soutien de HI

« En voyant les autres enfants jouer et en faisant des exercices de stimulation, Zesmin a enfin appris à nous appeler papa et maman. » Les parents de Zesmin, des réfugiés rohingyas vivant au Bangladesh, ont vu leur fille atteinte de trisomie 21, qui avait des difficultés à se déplacer et à communiquer, devenir une petite fille joyeuse et pleine de vie. « Nous avons suivi à la lettre les conseils de Humanité & Inclusion (HI). Et les résultats sont impressionnants. »

Népal : maintenir les séances de réadaptation malgré l’épidémie
© HI
Réadaptation Santé

Népal : maintenir les séances de réadaptation malgré l’épidémie

Le Népal est également touché par l’épidémie Covid-19. Parce qu’il est essentiel d’éviter une rupture dans le processus de soins, Humanité & Inclusion (HI) a continué de mener des séances de réadaptation auprès des personnes qui en avaient besoin, en respectant les mesures sanitaires.