Go to main content

Yémen : Des besoins immenses et urgents

Réadaptation
Yémen

Après deux ans de guerre au Yémen, les violences sont toujours quotidiennes. Handicap International soutient les services de réadaptation de trois structures de santé à Sanaa. Plus de 4 500 personnes ont déjà reçu une aide de l’association depuis août 2015.

Blessée à une jambe après un bombardement, cette jeune femme a été prise en charge par Handicap International qui lui a donné une aide à la mobilité (déambulateur) et offert des séances de soutien psychosocial

© Handicap International

L’association fournit des soins en réadaptation dans un centre spécialisé et dans les services de réadaptation de deux hôpitaux de la capitale du Yémen. En moyenne, 250 personnes par mois bénéficient ainsi du soutien de Handicap International. Avec le conflit commencé en mars 2015, les besoins en réadaptation ont augmenté alors que les services dans le domaine, déjà faibles auparavant dans le pays, ont fortement diminué.

Pour faire face, l’association a formé 235 personnels médicaux. Elle les accompagne lors de la prise en charge des patients. En un an et demi, elle a fourni presque 7 000 équipements comme des fauteuils roulants ou des béquilles, et du matériel pour le personnel médical comme des tables de consultation.

 

Des civils traumatisés par les violences

4 500 personnes ont également bénéficié de séances de soutien psychologique. Etre victime d’une explosion, être blessé lors d’échanges de tirs, assister à la mort d’un proche, etc. sont des expériences traumatisantes. De nombreuses personnes se retrouvent en état de stress, de dépression ou de choc…

Handicap International organise ainsi des sessions de prise de parole, individuelles ou en groupe, pour aider les personnes à surmonter cette épreuve : parler du traumatisme, des difficultés rencontrées éventuellement dans la vie quotidienne, créer des liens entre les personnes qui ont vécu des expériences analogues aide à se reconstruire...

Nos actions
pays
par pays

RELATIONS PRESSE

CANADA

Gabriel PERRIAU

ÉTATS-UNIS

Mica BEVINGTON

 

 

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Une augmentation effrayante du nombre de victimes des armes explosives
(c) E. Fourt/HI

Une augmentation effrayante du nombre de victimes des armes explosives

À l’occasion de la Journée mondiale de lutte contre les mines, HI s’alarme de l’augmentation effrayante du nombre de civils victimes des armes explosives : 32 008 civils ont été tués ou blessés par des armes explosives en 2016 (sur un total de 45 624 victimes), selon Action on Armed Violence (AOAV). Le bilan s’annonce encore plus lourd pour 2017, sachant que les civils représentent 90 % des victimes des armes explosives quand elles ont utilisées en zones peuplées. L’Observatoire des mines a enregistré une augmentation spectaculaire des victimes de mines et restes explosifs de guerre ces trois dernières années. La Syrie, l’Afghanistan, la Libye, l’Ukraine et le Yémen sont parmi les principaux pays touchés.

Les bombardements aériens tuent les civils
© William Daniels/HI

Les bombardements aériens tuent les civils

Selon le dernier rapport de l’Association On Armed Violence (AOAV), 15 399 civils ont été tués par des armes explosives de toutes sortes pendant les 11 premiers mois de l’année 2017. Une augmentation de 42 % par rapport à la même période en 2016. Principalement en cause, l’augmentation spectaculaire des bombardements aériens.

Sanaa : s’il est maintenu, les effets du blocus se feront rapidement sentir
© Camille Gillardeau / HI

Sanaa : s’il est maintenu, les effets du blocus se feront rapidement sentir

HI intervient dans 5 centres de santé et hôpitaux à Sanaa, capitale du Yémen, pour apporter, entre autres, des soins en réadaptation et distribuer des aides à la mobilité (béquilles, fauteuils roulants, etc.). Les effets du blocus imposé le 6 novembre risquent de rapidement se faire sentir sur la population et les opérations humanitaires. François Olive-Keravec, directeur des programmes de Handicap International (HI) au Yémen, qui se trouve dans la capitale, décrit la situation :