Goto main content

Handicap International et un collectif d’ONG s’inquiètent de l’annonce du gouvernement de fermer les camps de réfugiés de Dadaab

Droits
Kenya

Les autorités kenyanes ont annoncé la fermeture de ces camps installés sur leur sol, et leur souhait d’un rapatriement rapide des réfugiés qui s’y trouvent parfois depuis plus de 20 ans. Un collectif de 11 ONG, parmi lesquelles Handicap International, a signé mardi un appel au gouvernement kenyan pour lui rappeler ses obligations en matière d’accueil des réfugiés.

Prise en charge d’une personne handicapée au camp de Dadaab. | © B.Blondel / Handicap International

Le Kenya, qui accueille près de 600 000 réfugiés au sein de deux zones – les camps de Kakuma à la frontière avec le Soudan du Sud, et  ceux de Dadaab proches de la Somalie – a annoncé le week-end dernier son intention de mettre un terme à l’accueil des réfugiés – en particulier pour les camps de Dadaab et de les renvoyer dans leurs pays. « La directive de fermer les camps viole le principe général de rapatriement volontaire des réfugiés vivant au Kenya d'une manière sûre et digne dans leur pays d'origine », soulignent les ONG signataires. « Pour Handicap International, il n’est pas acceptable que les réfugiés, parmi lesquels se trouvent de très nombreuses personnes vulnérables (personnes handicapées, âgées, femmes isolées, enfants seuls…) puissent faire l’objet d’une telle décision », souligne Lucile Papon responsable des actions de Handicap International dans la Corne de l’Afrique. « Les familles qui se trouvent dans les camps ont fui la guerre civile en Somalie, ou l’insécurité au Soudan du Sud, et il n’est pas admissible de les contraindre à retourner dans des régions où elles seraient mises en danger. Les réfugiés ont avant tout besoin d’assistance dans un processus de rapatriement basé sur le volontariat.  En ce qui concerne la Somalie, c’est une crise qui s’éternise, le camp de Dadaab a été ouvert il y a plus de 25 ans, et la situation des personnes qui vivent est tombée dans l’oubli ».

Handicap International intervient au Kenya auprès des réfugiés somali depuis 1992 et à Kakuma depuis 2014 pour apporter une aide aux personnes les plus vulnérables. L’association veille à ce que ces personnes aient accès à l’aide humanitaire, et particulièrement aux soins de santé et aux services de réadaptation.

Nos actions
pays
par pays

RELATIONS PRESSE

CANADA

Gabriel PERRIAU

ÉTATS-UNIS

Mica BEVINGTON

 

 

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Enfin de l'espoir : L'histoire de Malyun au Kenya
© Humanity & Inclusion
Inclusion Secourir les déplacés/réfugiés

Enfin de l'espoir : L'histoire de Malyun au Kenya

Malyun, aujourd'hui âgée de 18 ans, a grandi en Somalie. À l'âge de cinq ans, elle jouait avec ses amis dans un champ près de chez elle lorsqu'elle a avalé un fragment de métal inconnu. Elle est immédiatement tombée au sol. Lorsque son père est venu à son secours, il a essayé de lui tenir la main pour la faire tenir debout, mais ses jambes ne tenaient pas. La famille a cherché un traitement médical à Mogadiscio, la capitale de la Somalie, mais tous les traitements ont échoué. Ils ont alors été envoyés au Kenya pour recevoir un traitement spécialisé. C'est à son arrivée à l'hôpital qu'on a diagnostiqué une paralysie des membres inférieurs chez Malyun.

Accéder à l'éducation, contre vents et marées
© Humanity & Inclusion
Inclusion Secourir les déplacés/réfugiés

Accéder à l'éducation, contre vents et marées

Kassim Mohammed, 14 ans, est un réfugié somalien qui vit dans le camp de Dagahaley à Daadab, au Kenya. Sa vie quotidienne n'est pas toujours facile, mais Kassim est également confronté à une situation différente de celle des autres réfugiés de son âge, car il est malvoyant et souffre d'un handicap à une jambe ! Malgré cela, Kassim fait preuve de détermination et va tous les jours à l'école, où il est maintenant en septième année.

Vivant avec une paralysie, Imani ouvre un magasin dans un camp de réfugiés
© Humanity & Inclusion
Inclusion Secourir les déplacés/réfugiés

Vivant avec une paralysie, Imani ouvre un magasin dans un camp de réfugiés

Lulachi Imani, 29 ans, vit avec sa mère et ses cinq frères et sœurs dans le camp de réfugiés de Kakuma, dans le nord du Kenya. Originaire de la République démocratique du Congo, elle a dû fuir le pays en raison de nombreux raids contre sa tribu. Malheureusement, au cours de son voyage, elle a été impliquée dans un accident de la route qui a provoqué une lésion de la moelle épinière, paralysant ses deux jambes.